Le charbonnage a été relancé sur le site Pécs-Vasas

Le charbonnage a été relancé sur le site de mine de charbon à Vasas, situé…

Valeurs d'émissions
concentration de poussière

Valeur limite: 20 mg/Nm3

fásszárú biomassza-tüzelésű kazán:

0.0 mg/Nm3

lágyszárú biomassza-tüzelésű kazán:

1.0 mg/Nm3

Le saviez vous?

La Hongrie veut, à l’horizon de 2020, augmenter la part des énergies renouvelables à 14,65% soit quasiment le triple du taux actuel ; avec cet objectif le pays sera même en retard de 7% par rapport à l’engagement de l’Union Européenne.

Quel est notre combustible?

Les principaux combustibles utilisés actuellement dans la centrale de Pécs sont le bois et le gaz naturel. Les 55% du combustible en biomasse correspondent à la qualité du bois de chauffe en provenance essentiellement des forêts domaniales des départements de Baranya et de Somogy alors qu’une partie mineure est fournie par des forêts de propriété privée. Les broyats issus des déchets forestiers et des sous-produits de différentes formes en provenance de l’industrie de sciage représente de 20 à 20% des combustibles. 5% du combustible est d’origine agricole.

La matière première bois issue de la forêt destinée à la valorisation énergétique est celle dont les caractéristiques qualitatives et dimensionnelles tout comme la demande de marché ne permettent pas une autre utilisation, comme celle de l’industrie du mobilier par exemple. Un des critères décisifs de l’utilisation se traduit par la qualité du bois et par ses défauts perceptibles. Le défaut de bois se manifeste par un écart par rapport à la forme et à la structure caractéristique d’une essence donnée.
D’innombrables rumeurs circulent au sein de la population concernant la valorisation énergétique des matières premières sylvicoles. Il est souvent entendu que, par exemple, suite au contrat conclu entre les exploitations forestières et la société Pannonpower, les exploitants forestiers « ravagent » les forêts du massif de Mecsek. Une autre opinion persistante, évidemment exagérée, prétend que les forêts du département de Baranya sont en train de brûler, sans laisser de trace, dans les chaudières de la centrale. En effet la réalité est que le volume de bois destiné à être abattu est défini par des règles extrêmement strictes dans le cas des sociétés sylvicoles munies d’une certification FSC (soit des sociétés menant une gestion forestière dont la durabilité est certifiée). De plus, des exploitants sylvicoles ont pour intérêt fondamental de vendre à la centrale le bois qu’ils ne pourront pas vendre à un prix plus élevé comme matière première pour du mobilier ou pour l’industrie du bâtiment. La centrale ne réceptionne donc que du bois qui ne pourrait être vendu autrement que comme bois de chauffe.

Culture énergétique

La société Pannonpower a été la pionnière en Hongrie pour lancer la production de la biomasse. Notre société a pris la décision en 2004 de réaliser la plantation d’une culture énergétique basée essentiellement sur les peupliers. Ce projet pilote a démarré sur un terrain de 45 hectares. Depuis la superficie des cultures énergétiques s’est multipliée par dix et l’extension est toujours en cours. Le fait que ces cultures énergétiques donnent une récolte dès la deuxième année à partir de leur plantation est parfaitement cohérent avec les besoins de la centrale.
La récolte des plantes à vocation énergétique se met en place facilement grâce aux machines déjà existantes dans l’agriculture ; de ce fait, la production ne nécessite pas de moyens spécifiques ni d’investissement technique lourd. Vu que le cycle d’abattage qui est au plus deux années, le retour sur investissement est plutôt bon. Un rendement de 20-30 t/ha/an est considéré comme un bon résultat. A la lumière des expériences acquises dans le cadre de la culture expérimentale située dans les environs de la commune de Szentlőrinc, cette culture s’est avérée résistante concernant les maladies et le taux de reprise a été supérieur à 95%.
Les données justifient que la production des plantes à vocation énergétique représente une mission nettement facile à mener car, mis à part la plantation, les besoins en entretien sont faibles et la récolte ne nécessite pas de moyens spécifiques qui ne pourraient être utilisés à d’autres fins. Par ce biais, les plantes à vocation énergétique pourraient constituer un levier de progrès pour l’agriculture de notre région car la société Pannonpower s’est engagée pour la production de l’énergie à partir de la biomasse et de ce fait elle est un acheteur fiable dans la région pour ce type de produits.
 
Combustion des pailles
La demande en énergie thermique d’une ville de 150 mlle habitants ne peut pas être satisfaite par la biomasse qui actuellement produite. La société Pannonpower, tout en assumant ses responsabilités à l’égard la nature, ne compte pas uniquement sur les matières premières sylvicoles et sur les cultures pour sa production d’énergie. C’est pour cela qu’elle a décidé, en 2008, de mettre en place une nouvelle tranche de 35 MW à combustion de paille. Les travaux de mise en œuvre de la nouvelle tranche sont déjà en cours et la fourniture en énergie verte à 100% pourra être réalisée pour le réseau de chaleur de la ville de Pécs à partir de la printemps 2013.
Parmi les matières premières de biomasse actuellement utilisées dans la centrale, la paille présente le pouvoir calorifique le plus élevé. Nous avons cherché, dans notre réflexion relative à la combustion de cette nouvelle biomasse, une technologie dont la composition en combustibles présentera une bonne souplesse pour sécuriser l’alimentation du réseau de chaleur. La localisation du combustible sélectionné est de plus relativement proche de la centrale et offre aux agriculteurs une opportunité jamais vue qui se traduit par un chiffre d’affaires prévisible et sûr.
La société Pannonpower, par le démarrage de la combustion de paille, crée un marché pour un « produit » pour lequel il n’y avait aucune demande. Cette démarche propose donc un levier de progrès pour l’agriculture locale. Ce combustible proviendra de la région à une distance moyenne de 70 km de Pécs. Les 80% des combustibles proviendront en tout premier lieu des départements de Somogy, de Tolna et de Baranya mais il y aura des fournitures en provenance de la Croatie ou des départements de Bács-Kiskun et de Csongrád. Les besoins de notre chaudière ne dépassent pas les 3,5% environ du total des sous-produits issus de notre région.